lundi 24 mars 2014

Résidence 2 jour 1

Tenter de reprendre avec Caroline le travail là où on l'avait laissé. Pas facile. Le temps a joué. J'ai perdu en concentration et en assurance. Après quelques essais, tenter d'apprivoiser la machine, caler le souffle sur le pédalier, chercher l'essoufflement parfois. Plus convaincant, je crois. Le vélo se tient exactement entre lecture et jeu. Il est un pupitre amélioré. Ne jamais basculer dans le jeu, rester le nez rivé au texte puisqu'il s'agit d'une lecture. Et pour autant, chercher les lignes de force, restituer les plans dans le roman afin d'emmener le spectateur dans un film. Encore du travail, bien sûr, mais des constantes se dégagent, des ambiances. Il faut que je sonne juste et j'ai encore un peu de temps pour m'accorder heureusement. Caroline me parle d'un skieur qui avant de faire son slalom, ferme les yeux et fait le parcours dans sa tête. Pour Cavale, il faut qu'il en soit de même. Connaître les moindres articulations sur le bout des doigts avant de se lancer. Refaire le chemin dans sa tête. Allez hop, en selle.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire